À propos d'Art singulier

Art singulier,brut, naïf, modeste...

 Art singulier, art populaire, art naïf, art brut, art des marges, art des fous, art modeste, art des civilisations (sic)… Autant de « niches » hors des appellations normalisées dont, en premier lieu, celles des arts dits décoratifs, art contemporain, artisanat d'art… Nous ne ferons pas les vaines tentatives de définitions de ces étiquettes. C'est peut-être une chance pour celles et ceux qui recherchent des produits typés. Ne doutons pas une seconde que toute notion de « valeur » n'est ici que celle propre aux individus, certes plus ou moins en accord avec leur temps et le « marché ». 


Conte de Blanche-Neige

Dilemme : l'artiste dit « singulier » doit-il se plier malgré tout aux lois du commerce ou n'est-il qu'un commerçant déguisé en artiste un peu fou ? De fait, ce qui fait la qualité d'un Singulier ne serait pas tant cette affirmation d'une « différence » – même malgré lui – que la simple conception d'objets qui font encore « Art » et « Sens ». L'histoire des Territoires est riche quant au rapport entre local et global, culture et civilisation. Pour celle-ci, la reconfiguration perpétuelle de la première est une nécessité. Il est peut-être temps de commencer à inverser ce processus.